Une pilule sans prescription : une pilule banalisée, une pilule oubliée ?

Les études scientifiques ont montré que quand on fait confiance il n’y a pas davantage d’accidents. Elles ont aussi montré que l’observance (la prise régulière de la pilule) est meilleure.

Ce n’est pas étonnant ; dans bien des maladies chroniques il est démontré que le patient suit mieux son traitement s’il participe vraiment au choix de celui-ci, s’il est impliqué.

Il n’y a aucune raison que ce principe ne soit pas appliqué aux femmes avec leur contraception : quand on part du principe que la femme est responsable, ça se passe mieux.

C’est cela notre but principal : que la femme se sente bien avec sa contraception et qu’elle ait vraiment fait un choix personnel. Elle utilisera sa pilule dans de bien meilleures conditions.